News

Toutes l'actualité lié au cyber harcèlement

Usurpation d’Identité et Cyber-Harcèlement : La Face Sombre du Vishing

Dans le monde numérique actuel, le vishing se présente comme une forme sophistiquée d’usurpation d’identité, exploitant la technologie vocale pour perpétrer des fraudes financières. Cette tactique, où les escrocs se font passer pour des conseillers de confiance, illustre la convergence entre la cybercriminalité et le cyber-harcèlement, mettant en péril la sécurité et l’e-réputation des individus. Les fraudeurs utilisent des techniques avancées, telles que le clonage de numéros de téléphone, pour renforcer leur crédibilité, rendant la détection des tentatives de vishing particulièrement ardue pour les victimes non averties.

Les victimes du vishing subissent non seulement des pertes financières considérables mais aussi un impact psychologique profond, similaire à celui du cyber-harcèlement. L’usurpation d’identité entraîne une détresse émotionnelle, sapant la confiance des individus dans le système financier et dans leur capacité à sécuriser leurs informations personnelles. Cette expérience peut laisser des séquelles longtemps après que l’incident financier ait été résolu, affectant l’e-réputation des personnes impliquées et leur sentiment de sécurité en ligne.

Face à cette menace, la prévention et l’éducation se révèlent cruciales. Les consommateurs doivent être informés des signes avant-coureurs du vishing et des stratégies pour sécuriser leurs données personnelles. Les institutions financières jouent également un rôle clé en renforçant leurs mesures de sécurité et en sensibilisant leurs clients aux risques. La collaboration entre les victimes, les banques et les autorités peut contribuer à créer un environnement numérique plus sûr, réduisant l’impact du vishing et du cyber-harcèlement dans notre société connectée.

Pour ceux qui cherchent à approfondir leur compréhension du vishing et de ses répercussions, un article complémentaire est disponible sur iprotego, offrant des insights supplémentaires sur les mécanismes de prévention et les astuces pour sécuriser son identité digitale.

La Lutte Incessante d’une Mère contre le Cyberharcèlement après la Tragédie de sa Fille

Dans un monde où la connectivité numérique est omniprésente, le cyberharcèlement est devenu une réalité sombre et persistante, affectant des millions de vies. L’histoire de Lindsay Gervois, une jeune fille de 13 ans qui a tragiquement mis fin à ses jours en mai 2023 après avoir été victime de harcèlement scolaire, est un témoignage poignant de cette cruelle réalité. Neuf mois après son décès, sa mère, Betty Gervois, révèle dans une interview au Journal du Dimanche que le cauchemar ne s’est pas terminé avec la perte de sa fille. Le cyberharcèlement continue de hanter sa famille, attaquant la mémoire de Lindsay et ciblant même son frère.

 

Betty Gervois décrit un flot incessant de messages haineux et diffamatoires provenant de comptes anonymes sur les réseaux sociaux, soulignant l’impunité choquante des agresseurs et l’inefficacité des mesures prises contre eux. Sa détermination à combattre cette injustice se traduit par le dépôt de nouvelles plaintes et l’appel à une action collective contre les plateformes de réseaux sociaux, accusées de complicité par leur inaction.

 

Cet article vise à mettre en lumière non seulement la douleur insupportable endurée par les victimes de cyberharcèlement et leurs familles, mais aussi l’urgence de renforcer les mesures de protection et de prévention. L’histoire de Lindsay nous rappelle cruellement que derrière chaque écran se trouve une personne réelle, dont la vie peut être profondément affectée par nos actions et nos mots en ligne.

 

La lutte de Betty Gervois pour obtenir justice pour sa fille et pour sensibiliser à la gravité du cyberharcèlement est un appel à l’action. Elle nous incite à réfléchir à la manière dont nous interagissons sur les plateformes numériques et à l’importance de soutenir les victimes tout en travaillant ensemble pour créer un environnement en ligne plus sûr et plus bienveillant.

 

Info Jeunes Saône-et-Loire se mobilise contre le (cyber)harcèlement dans les Collèges avec l’Atelier #ÇASUFFIT

Dans le cadre de sa mission de soutien aux jeunes, l’association Info Jeunes Saône-et-Loire intensifie ses efforts pour lutter contre le (cyber)harcèlement dans les collèges du département. Elle annonce l’organisation de l’atelier #ÇASUFFIT, une initiative de prévention et de sensibilisation, qui se tiendra prochainement à Montceau.

Fondée le 29 septembre 2022, cette association loi 1901 se consacre à l’information et au soutien des jeunes âgés de 11 à 30 ans dans la région. Elle se distingue par son approche proactive en offrant des informations et des services variés, allant de la carte Avantages Jeunes au Clap (aide aux projets), et s’étend à des conseils sur la mobilité internationale. Info Jeunes Saône-et-Loire se positionne également en tant que vecteur de sensibilisation sur des sujets cruciaux touchant la jeunesse, tel que le (cyber)harcèlement.

Le harcèlement, qu’il soit verbal, physique, psychologique, ou cybernétique, constitue une préoccupation majeure dans notre société. Il peut engendrer des conséquences dramatiques, notamment chez les jeunes. L’atelier #ÇASUFFIT, d’une durée de 1h30, est conçu pour encourager un dialogue constructif avec les adolescents sur cette thématique sensible. Animé par une professionnelle de l’éducation, l’atelier vise plusieurs objectifs :

  • Établir une compréhension commune du harcèlement sous toutes ses formes.
  • Stimuler une réflexion sur la responsabilité individuelle dans les cas de (cyber)harcèlement, que ce soit en tant qu’acteur ou témoin.
  • Démystifier la perception que « Internet n’est pas la vraie vie » et en souligner les implications réelles.
  • Sensibiliser sur les conséquences du (cyber)harcèlement et fournir des outils pour y faire face.

En plus de ces objectifs pédagogiques, l’atelier offre un espace sécurisant pour que les victimes puissent s’exprimer sans crainte et chercher de l’aide. Un temps est spécialement alloué pour permettre aux jeunes de discuter de manière confidentielle avec l’animatrice.

Info Jeunes Saône-et-Loire, en tant qu’association laïque indépendante de toute influence extérieure, s’engage à promouvoir les valeurs de participation, solidarité, et responsabilité. Son action dans la prévention du (cyber)harcèlement s’inscrit dans cette démarche d’accompagnement global des jeunes, visant leur épanouissement et bien-être dans la société.

Cyberharcèlement en Tarn-et-Garonne : Un Journaliste de La Dépêche Cible d’une Campagne de Haine Menée par l’Influenceur Papacito


Selon une information de 20minutes, dans le Tarn-et-Garonne, un cas de cyberharcèlement visant un journaliste est actuellement au cœur des préoccupations. Le professionnel de la presse, employé par La Dépêche du Midi, est la cible d’une offensive en ligne orchestrée par l’influenceur d’extrême droite Papacito. Cette attaque fait suite à sa couverture journalistique d’un différend entre un éleveur de cochons laineux et le maire de Montjoi.

L’article, intitulé « La haine est dans le pré » et publié par l’Association de la presse judiciaire (APJ) sur son compte X (anciennement Twitter), met en lumière cette situation alarmante. Le journaliste Maxime Lagarrigue est confronté à une vague de vidéos hostiles produites par l’éleveur de cochons, propagées ensuite par Papacito. Cette diffusion a entraîné une avalanche de propos injurieux et de menaces sur les réseaux sociaux, poussant le journaliste à porter plainte contre le principal instigateur du harcèlement.

L’affaire, initialement un conflit de voisinage, a rapidement pris une tournure plus grave. Ugo Gil Jimenez, plus connu sous le pseudonyme Papacito, doit comparaître le 28 février 2024 pour incitation à la haine. Il avait déjà réalisé des vidéos visant Christian Eurgal, le maire de Montjoi, impliqué dans une querelle avec Pierre-Guillaume Mercadal, l’éleveur de cochons laineux et ami de Papacito.

L’APJ souligne l’importance de la liberté de la presse et condamne fermement les débordements qui transforment des critiques légitimes en actes répréhensibles passibles de poursuites judiciaires.

Le Harcèlement Scolaire : Témoignages d’Enseignants en Quête de Solutions

Le harcèlement scolaire est un problème persistant dans les écoles françaises, malgré les efforts déployés pour le combattre. Florence Morel, dans son article pour Franceinfo, met en lumière les défis auxquels sont confrontés les enseignants et les mesures prises pour y remédier.

Le Plan pHARe : Une Initiative, Mais Suffisante ?

Le ministère de l’Education nationale a mis en place le plan pHARe pour lutter contre le harcèlement scolaire. Cependant, de nombreux enseignants se sentent toujours démunis face à ce fléau. Alexandra, une enseignante du Nord, raconte comment elle a dû intervenir rapidement lorsqu’une élève, victime de harcèlement dans un autre collège, a rejoint sa classe. Malgré une intervention rapide, Alexandra souligne que toutes les situations ne se résolvent pas aussi facilement.

Manque de Formation et de Ressources

Bien que le plan pHARe ait été généralisé à toutes les écoles et collèges en 2022, certains enseignants estiment que la formation de deux jours qu’ils reçoivent dans le cadre du programme est insuffisante. Les syndicats éducatifs soulignent également le manque de formation en psychologie des adolescents pour le personnel scolaire.

Des Témoignages Poignants

L’article partage également les expériences de Patrice, un enseignant d’histoire-géographie, qui regrette une intervention maladroite face à un cas de harcèlement. Aurélie, enseignante dans le Haut-Rhin, évoque les défis du cyberharcèlement et les limites des méthodes basées sur l’empathie et l’écoute.

Vers de Nouvelles Solutions

Face à ces défis, le gouvernement prévoit d’annoncer un plan interministériel pour lutter contre le harcèlement scolaire. Les enseignants, quant à eux, continuent de chercher des moyens d’aider leurs élèves et de créer un environnement scolaire sûr.

Pour approfondir et lire l’article original dans son intégralité, rendez-vous sur Franceinfo.

Article basé sur les écrits de Florence Morel pour Franceinfo.

Arrestation d’un adolescent à Alfortville suite à des accusations de harcèlement transphobe et homophobe

Suite à l’émotion provoquée par le suicide de Nicolas, un lycéen de 15 ans victime de harcèlement, un autre événement troublant s’est produit à Alfortville, Val-de-Marne. Lundi, un jeune de 14 ans a été arrêté pendant ses cours, accusé d’avoir formulé des commentaires homophobes et poussé une camarade de classe de 15 ans à penser au suicide. Les informations proviennent de sources fiables relayées par 20 Minutes. Le jeune en question a été placé en détention provisoire et l’enquête continue, selon le parquet de Créteil.

 

Témoignage du père et réaction de l'établissement

Le matin du drame, vers 10 heures, le père de la victime s’est présenté au poste de police local pour déposer une plainte. Il a raconté qu’en date du 15 septembre, sa fille – qui est en train de transitionner – a été la cible de remarques homophobes virulentes sur Instagram de la part du garçon. Plus tôt ce jour-là, les parents avaient informé la direction du lycée des menaces reçues sur Instagram par leur fille.

Étant donné la gravité de la situation, le parquet a été informé et a ordonné l’arrestation de l’étudiant. La police est intervenue dans l’établissement vers 16 heures, et, d’après un membre du personnel contacté par 20 Minutes, le jeune a été arrêté sous les yeux de ses camarades de classe. Cette intervention suscite des interrogations au niveau de l’académie concernant les conditions de cette arrestation.

 

Acceptation de la transition au lycée

Malgré cet incident isolé, la transition de genre de la jeune fille semble être bien accueillie au sein du lycée par les enseignants et les étudiants, et aucun autre cas de violence n’a été signalé.

Face à la montée du harcèlement scolaire, le ministre de l’Éducation nationale, Gabriel Attal, a appelé à une prise de conscience générale pour lutter contre ce fléau. Un examen des cas enregistrés de septembre 2022 à septembre 2023 sera effectué dans chaque académie, et les résultats seront attendus dans un mois.

Sensibilisation au cyberharcèlement : une approche innovante de la Maison de protection des familles de la gendarmerie de la Vienne

Le magazine en ligne de « La Nouvelle République » a récemment mis en lumière une initiative pédagogique particulièrement remarquable. La Maison de protection des familles de la gendarmerie de la Vienne a créé une course d’orientation originale, ayant pour but de sensibiliser les enfants au cyberharcèlement. Cette démarche innovante s’inscrit dans une volonté grandissante de prévention et d’éducation face aux enjeux numériques contemporains.

Ce mardi 11 juillet 2023, la course d’orientation a été testée pour la première fois. Les participants ? Des enfants en vacances au centre de loisirs de Boivre-la-Vallée. Une première mise en pratique qui s’annonce prometteuse.

En intégrant la sensibilisation au cyberharcèlement dans une activité ludique et éducative, la Maison de protection des familles a fait le choix stratégique de l’engagement actif des enfants. Plutôt que de simplement délivrer des informations, cette approche permet aux enfants de participer et de comprendre les enjeux du cyberharcèlement par eux-mêmes.

Cette initiative démontre une compréhension aiguisée des défis du XXIe siècle. En effet, l’utilisation des technologies numériques est devenue une partie intégrante de la vie des enfants et des adolescents. Cependant, avec son usage vient aussi des risques, et le cyberharcèlement est l’un des plus marquants parmi ceux-ci.

La Maison de protection des familles de la gendarmerie de la Vienne offre ainsi un moyen engageant et efficace d’éduquer la jeunesse sur ce sujet délicat. En mettant l’accent sur l’apprentissage actif et la participation, elle permet aux enfants de comprendre, de manière concrète, les conséquences du cyberharcèlement et comment l’éviter.

Gageons que cette initiative pédagogique fera écho auprès d’autres institutions et servira de modèle dans la lutte contre le cyberharcèlement.

Voir l’article sur : https://www.lanouvellerepublique.fr/vienne/video-vienne-une-course-d-orientation-pour-semer-le-cyberharcelement

Comprendre le Grooming : définition, prévention et comment agir

Le monde numérique nous a ouvert des portes vers d’innombrables possibilités. Cependant, comme toute innovation, il comporte aussi des dangers. Un de ces dangers est le « grooming », un terme que nous entendons de plus en plus, mais que comprend-il vraiment ? Dans cet article, nous aborderons le grooming, comment le reconnaître, et comment agir face à ce phénomène.

C’est quoi le Grooming ?

Le grooming, aussi appelé prédation en ligne, est une forme d’exploitation et d’abus envers les enfants sur Internet. Les adultes malintentionnés utilisent diverses tactiques pour gagner la confiance des mineurs dans le but d’établir une connexion émotionnelle. Ces connexions sont ensuite exploitées à des fins préjudiciables, souvent à caractère sexuel.

Comment l’identifier

Les groomers peuvent utiliser des cadeaux, des compliments, des secrets partagés, et même de l’empathie feinte pour établir un lien avec leur victime. Ils sont souvent maîtres dans l’art de la manipulation, se faisant passer pour des amis ou des confidents. Il est donc crucial d’être conscient des signes de grooming : des discussions à caractère sexuel, des demandes de photos ou de vidéos, une attention excessive ou des cadeaux non sollicités.

La prévention du Grooming

La prévention du grooming passe par l’éducation des enfants, des parents et des éducateurs sur les risques d’internet et sur comment utiliser les outils numériques de manière sécurisée. Les enfants devraient être encouragés à parler ouvertement de leurs interactions en ligne, et à signaler tout comportement inapproprié.

Que faire si vous suspectez un cas de Grooming

Si vous suspectez un cas de grooming, il est essentiel d’agir rapidement. Encouragez l’enfant à partager ses expériences sans le juger ou le blâmer. Signalez le comportement suspect aux autorités compétentes et, si possible, conservez toutes les preuves possibles comme les messages ou les images.

Le grooming est une forme d’exploitation en ligne qui peut avoir des conséquences dévastatrices. C’est une réalité à laquelle nous devons tous être attentifs, notamment dans notre utilisation d’internet. Éduquer nos enfants, surveiller leurs interactions en ligne et prendre des mesures en cas de soupçon de grooming sont des étapes essentielles pour assurer leur sécurité numérique.

Note: Cet article contient des informations de sensibilisation et de prévention, et ne doit en aucun cas remplacer l’avis professionnel d’un psychologue ou d’un juriste. Si vous ou quelqu’un que vous connaissez êtes en situation de danger, contactez immédiatement les autorités compétentes.

Découvrez notre lexique sur le cyber-harcèlement.

Votre image est en péril ? Contactez une agence spécialisée en e-réputation.

L’ombre du cyberharcèlement dans le tennis professionnel

L’ombre du cyberharcèlement plane sur le tennis professionnel, une situation qui est prise très au sérieux par la Fédération Française de Tennis (FFT) à l’occasion du retour du Grand Chelem parisien, Roland-Garros. Les athlètes professionnels, qui font régulièrement l’objet d’insultes en ligne suite à leurs performances ou leur comportement, peuvent désormais compter sur une nouvelle initiative innovante pour les protéger.

Poursuivre la lecture

Détecter les indicateurs clés du cyberharcèlement pour mieux s’en prémunir

Le cyberharcèlement est un phénomène de plus en plus courant dans notre société connectée, touchant principalement les jeunes et ayant des conséquences dramatiques sur le bien-être et la santé mentale des victimes. Afin d’être capable d’identifier rapidement les situations de cyberharcèlement, il est essentiel de connaître les indicateurs clés qui caractérisent ce type d’agression. Dans cet article, nous vous présentons les principales manifestations du cyberviolence et les méthodes pour les détecter.

Poursuivre la lecture
Scroll to top